Anecdotes culinaires : petites histoires gastronomiques

Anecdotes culinaires : petites histoires gastronomiques

Connaissez-vous les secrets des plats et produits que vous utilisez tous les jours ? Qui sait quel obscur mystère entoure l'iconique pomme...


Connaissez-vous les secrets des plats et produits que vous utilisez tous les jours ? Qui sait quel obscur mystère entoure l'iconique pomme de terre... Vous aimez découvrir des choses amusantes sur la cuisine comme dans nos précédents articles sur Pâques ou sur le chocolat ? La cuisine regorge de petites histoires insolites et amusante, les chefs à domicile du réseau pourraient vous en raconter des vertes et des pas mûres. Nous avons réuni pour vous quelques anecdotes culinaires insolites qui vous feront briller en société ou pendant vos repas de famille.

La tomate est un légume

Rassurez-vous, on ne vous a pas menti toutes ces années, d'un point de vue botanique la tomate est bien un fruit (d'ailleurs le terme légume n'existe pas en botanique, c'est un terme culinaire), mais pas pour les Etats-Unis. En effet, la Cours Suprême des Etats-Unis a statué en 1893 que la tomate devait être considérée comme un légume. Cette décision est le verdict d'un procès, lancé par le trésorier du port de New-York contre une famille qui refusait de payer la taxe sur les légumes pour leurs tomates en insistant qu'ils n'avaient pas à le faire car la tomate était un fruit. Au final, la Cours à déclaré à l'unanimité que la tomate était un légume au sens commun du terme, par conséquent la famille fut contrainte de payer la taxe.

Les fast-food antiques

Contrairement à ce que l'on peut penser, les fast-food n'ont rien de nouveau. On retrouvait déjà un système de restauration rapide à Rome, dans l'antiquité, sous le nom de "thermopolia". La population pouvait venir y boire et y manger des plats chauds rapidement pour un prix abordable. Mais c'était un peu la loterie en ce qui concerne la qualité, certains de ces établissements cuisinaient des produits de très mauvaise qualité comme des invendus de boucherie, alors que d'autres préféraient utiliser de meilleurs morceaux. Le bas niveau de vie de la clientèle et ce problème de qualité variable leur donnait une assez mauvaise réputation.

Le caviar du pauvre

Le caviar n'a pas toujours été un met de luxe que l'on ne peut s'offrir qu'en la maison et les meubles. En effet, au Moyen-Âge, c'était un plat de pauvre que l'on mangeait sous forme de bouillie ou même que l'on jetait parfois aux cochons. Le caviar ne prendra ses lettres de noblesse qu'au XVIIIe siècle en séduisant Catherine II de Russie.

Caviar rouge et caviar noir

La pomme de terre assassine

La pomme de terre et la tomate ont eu beaucoup de difficultés à se faire apprécier en France. On leur accordait en effet très peu de confiance, car ces plantes d'origine américaines sont de la même famille que plusieurs poisons de l'époque comme la belladone ou la mandragore. La tomate est d'ailleurs longtemps restée limitée au rôle d'ornement. Nous devons l'engouement de la pomme de terre à Parmentier qui fit planter plusieurs champs gardés seulement de jour, ainsi les paysans venaient les piller la nuit et ont fini par adopter ce légume qui est aujourd'hui un produit très apprécié en France.

Le mojito, premier cocktail de l'histoire

Le mojito, ou plutôt son ancêtre "El Draque", fut inventé par le marin anglais Francis Drake en 1586 lors d'une escale aux Caraïbes. Drake eu l'idée de mélanger de la menthe, du citron vert et une eau-de-vie ressemblant au rhum appelée tafia pour créer ce cocktail, considéré comme l'un des premiers de l'histoire. Le rhum vint remplacer le tafia au XXe siècle et le mojito devint le cocktail national de Cuba en 1920.

Le mojito, 1er cocktail de l'histoire

Le fromage qui rend accro

Comme pour le tabac, l'alcool ou la drogue, on peut aussi devenir addict du fromage selon une étude de l'université du Michigan. Les symptômes sont heureusement plus légers, mais l'addiction est bien réelle et due à une protéine appelée caséine, que l'on retrouve dans tous les produits laitiers. Quand on la digère, cette protéine aurait le même effet qu'un opiacé car elle produit de la casomorphine, une molécule qui active les récepteurs neuronaux liés à la dépendance. Il n'y a cependant aucune preuve d'effets négatifs du fromage sur la santé, à part bien sûr les problèmes digestifs liés à l'intolérance au lactose.

Il ne vous reste plus qu'à trouver le bon moment pour lancer l'une de ces anecdotes au cours d'un repas de famille ou une soirée entre amis et vous deviendrez le roi de la conversation.

Partager :

Écriture et gastronomie, quoi de mieux pour créer des articles appétissants ? Pour moi qui aime les deux et qui étudie la communication web, c'est en tout cas un plaisir de les écrire !

COMMENTAIRES

RÉPONDRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *